Création d'un conseil schaerbeekois du dialogue interculturel et de la citoyenneté.

Le groupe MR est, en effet, sous le choc de l'annonce faite du départ vers la Syrie de deux adolescents fréquentant l'athénée Fernand Blum et il nous semble important de pouvoir en débattre sereinement.

Les autorités spirituelles et morales locales des différentes confessions ne peuvent que répercuter, sur leurs fidèles (dont nombre de jeunes ne font pas partie), des réponses partielles fondées sur leurs convictions religieuses et philosophiques respectives. Les professeurs et enseignants soit de religion, soit de morale ne peuvent malheureusement intervenir que dans le cadre scolaire, tout comme les acteurs de terrain ne peuvent agir uniquement dans le domaine de l'intégration sociale ou encore la section jeunesse de la police zonale.

J'estime dès lors qu'il y a urgence pour mettre en place dans l'ensemble des communes confrontées à la diversité culturelle. Ce serait ainsi un moyen de créer un conseil local du dialogue interculturel et de la citoyenneté. Ce serait un moyen de mettre en place les conditions objectives d'une réflexion collective, sous les auspices du bourgmestre et des échevins des cultes, de l'harmonisation sociale et de l'enseignement; ce conseil associerait non seulement les représentants des mosquées et des autres cultes reconnus en Belgique et des représentants de la laïcité organisée, mais aussi les acteurs de terrain associatif œuvrant dans le domaine de l'intégration sociale, les professeurs de religion et de morale des différents établissements scolaires présents sur notre territoire, et les représentants de la section police de la jeunesse  de la zone de police. Ce rassemblement oeuvrerait pour créer un espace de dialogue désenclavé entre les différents acteurs pour que chacun se nourrisse des apports des autres afin qu' une réponse globale satisfaisante puisse être formulée.

Toutefois au-delà de cette nécessaire mise en commun, il est urgent que tous ensemble, nous puissions offrir aux jeunes en quête d'identité et de valeurs absolues, des repères universels sur base desquels ils pourront construire leur identité de futurs citoyens

C'est la raison pour laquelle, il appartiendrait aux différentes composantes de ce conseil de réaffirmer haut et fort en premier lieu leur attachement aux socles de valeurs universelles tel qu'il est défini par la Déclaration universelle de droits de l'homme et du citoyen des Nations unies, par la Convention européenne des droits de l'homme, par notre constitution enfin ; bref,  de redire clairement qu'il existe bel et bien des valeurs universelles auxquelles tout homme peut et doit se référer au-delà des convictions particulières, religieuses, politiques ou philosophiques qu'il professe.

Ce faisant,  ils clarifieraient en même temps leur position en matière de prééminence du domaine du droit sur celui de la foi dans l'espace public et citoyen et offriraient à nos jeunes une réelle alternative par rapport aux djihadistes de tout poil!

N'y a- t-il en effet un plus beau idéal à défendre que celui des droits de l'homme et du citoyen, œuvrer sur tous les théâtres de conflit du monde en faveur des opérations onusiennes et européennes de maintien de la paix, de la coopération au développement; plutôt que de permettre à des forces rétrogrades d'envoyer des jeunes se faire tuer à la place d'autres dans des guerres civiles qui bien qu'elles confrontent une dictature à son peuple comme en Syrie, n'en oppose pas moins des personnes partageant la même foi !

En conclusion, je propose à notre conseil de faire preuve de proactivité  en instituant rapidement ce conseil du dialogue interculturel et de la citoyenneté faisant ainsi la démonstration de notre prise de responsabilité en la matière et en offrant à tous les acteurs concernés un outil pour l'établissement d' un dialogue entre toutes les composantes de notre population!

Les parents et les familles méritent  toute notre attention, nous nous devons de mettre en place les conditions d'un véritable vivre ensemble plutôt que de laisser tous les particularismes, tous les communautarismes, s'exprimer ce qui a tendance à favoriser des conditions de prosélytismes plus ou moins larvés au détriment des valeurs communes comme l'égalité entre les hommes et les femmes, la séparation entre les églises et l'État, la préservation de l'État de droit.

C'est exactement ce propose aussi Amid Benichou, président de l'espace citoyen, qui préconise la mise en place d'un projet rassembleur qui atténue le fossé grandissant entre le groupe social musulman et les autres citoyens.